La mémoire : bénédiction ou malédiction ?  Aucune personne, aucun groupe humain et aucune machine ne peuvent évoluer ou progresser sans mémoire de leur environnement, des actions qu’ils ont entreprises et de leurs conséquences. Mais point trop n’en faut.
Pour apprendre, il est indispensable d’oublier et de dépasser le passé, afin de ne pas être encombré de mémoires inutiles, ou ne pas rester paralysé par des blessures encore ouvertes.
Qu’est-ce que la mémoire à l’échelle d’un individu, d’une population ou d’une machine ?
Comment se forment et se transforment les souvenirs ? Peut-on choisir ses souvenirs ?
Quand l’oubli devient-il nécessaire ?

Avec la participation de

Francis Eustache, Psychologue spécialisé en neuropsychologie, directeur du Centre d’imagerie et de recherches en neurosciences (GIP Cyceron)2, plateforme d’imagerie biomédicale située à Caen.


Thomas Freret, Neurobiologiste, Groupe mémoire et plasticité comportementale (GMPC), Université de Caen Normandie

Myriam Bernardin, Neurobiologiste, directrice de l’unité Imagerie et stratégies thérapeutiques des pathologies tumorales et cérébrales, CNRS, Université de Caen.